Communiqué de presse

Pour une table ronde anderlechtoise du logement

Lors du conseil communal d’Anderlecht de ce 22/03/2018, Ecolo-Groen a invité le Collège à réunir une table ronde des acteurs locaux du secteur pour envisager ensemble la manière d’apporter une meilleure réponse aux vrais besoins: permettre aux demandeurs de disposer d’un choix plus adapté sans devoir multiplier les inscriptions, à un prix réellement accessible et adapté. L’échevine du logement a noté la proposition et annoncé qu’elle organiserait “quelque chose”. Nous la prendrons au mot : le logement est trop important pour les citoyens. Nous ne voulons plus que des prétextes ou des lourdeurs administratives inutiles en réduisent l’accès à celle et ceux qui ont besoin du soutien public.

Attribution des logements communaux : la transparence enfin faite montre le besoin d’autre chose

Anderlecht dispose d’environ 500 logements communaux, loués à des conditions proches de celles « du marché » et dont une dizaine ont été attribués en 2017. A ce rythme, les derniers inscrits de la liste ne se verront proposer un logement que dans une dizaine d’années… Anderlecht gère aussi une dizaine de logements PMR, dont un reste inoccupé car les rares candidats n’ont pas confirmé l’option… Le rapport annuel des attributions de logements communaux présenté au Conseil ce 22/3 montre que les logements ne correspondent pas aux besoins des candidats déclarés. Ils sont trop chers alors que les candidats locataires sont à 85% dans les conditions de base du logement social ou “juste au-dessus”. Ils sont parfois aussi mal situés ou mal équipés sans possibilité d’adaptation rapide… La transparence enfin établie sur les attributions montre que la Commune n’est pas le bon acteur pour répondre aux besoins. L’épisode des logements neufs “des Trèfles” a montré la difficulté de répondre de manière adaptée au besoin des gens. Trop chers. En fin de compte la Commune cédera ces logements au Foyer anderlechtois qui adaptera les loyers aux revenus des locataires.

On rate toutes les cibles

La Commune n’a pas la souplesse, le cadre légal et la connaissance de terrain pour adapter ses  conditions aux besoins des gens ni même au “marché”.  Elle n’attire pas les “ménages de la classe moyenne” dont certains rêvent en pensant aux supposés impôts que cela rapporterait et elle n’arrive pas à loger les plus démunis. Les services communaux eux-mêmes signalent que les ressources nécessaires pour gérer le parc communal sont disproportionnées vu les faibles capacités d’investissement, le faible taux de roulement et les capacités de gestion dont elles disposent.

Des pistes crédibles d’amélioration

Le logement communal n’est pas une réponse sensée vu la crise du logement. Ecolo Anderlecht a déjà proposé que la Commune envisage de céder l’ensemble de ses biens au Foyer anderlechtois pour apporter une vraie réponse au besoin de logements accessibles. Dans le logement social aussi, l’offre de logements n’augmente plus assez, et depuis trop longtemps.

De manière générale, céder la gestion des logements communaux à des acteurs plus sociaux et plus réactifs ne peut être que positif. Reste à travailler cette question sérieusement, en s’appuyant sur la connaissance des celles et ceux qui travaillent quotidiennement dans ce secteur, avec trop peu de ressources et surtout trop peu de logements à leur disposition. Les acteurs locaux sont nombreux, divers et compétents: en AIS, en rénovation, en gestion de projets subsidiés, en accompagnement social de quartiers et de sites. Donnons-leur la possibilité de faire encore mieux ce qu’ils font déjà bien: aider des citoyens à se loger et à prendre la main sur la vie et le développement de leur quartier.

La Commune pourra de son côté se concentrer sur des questions très importantes à son échelle: gestion du foncier, acquisitions, gestion des quartiers en construction et/ou à rénover, soutien aux acteurs locaux socialement efficaces…  Cela remplacera avantageusement les soit disant politiques actuelles. Vendre le sol au privé n’est pas une politique mais un commerce que la Commune fait très mal et à de prix désespérants, et passer son temps à abroger ou réformer des PPAS pour le bonheur des sociétés immobilières multinationales n’est définitivement pas acceptable ni social.

  • Plus d’informations : François Rygaert 0478.233.933

 

Share This